Le BSN aka le Gold number #6

Petit résumé de l’aventure BSN pour vous expliquer comment je suis devenue officiellement Amstellodamoise !

Le Citizen Service Number – Quezako ?

Ou autrement dit en Dutch : BurgerServiceNummer, BSN. Ce n’est pas vraiment un numéro d’identité, puisque je suis toujours française, mais disons l’équivalent de notre numéro de sécurité sociale.

Chaque personne résidente aux Pays-Bas possède un BSN. Les néerlandais en obtiennent un dès la naissance alors que les migrants doivent s’enregistrer à la mairie à leur arrivée. Cependant, si vous rester pour moins de quatre mois sur le territoire, le BSN n’est pas nécessaire. Au delà, il est obligatoire.

Le BSN c’est bien plus que ce que l’on croit.

En France, quand on pense au numero de sécurité sociale, on pense surtout remboursements sécu et frais médicaux. Même si en réalité, notre numéro de sécu est un véritable identifiant unique, basé sur notre état civil, qui sert avant tout à identifier une personne dans le “Répertoire d’identification des personnes physiques”.
Aux Pays-Bas, le BSN c’est quasiment la même chose. C’est un numéro unique, bien que je ne sais pas comment il est construit (si c’est un principe commun au numero de sécurité social ou bien si c’est un numéro purement aléatoire). En tout cas, une chose est sûre, le BSN c’est un véritable Gold Number qui vous ouvre les portes de la vraie vie. Ahah. En faite, c’est l’une des premières démarches administratives qu’un “expat” doit s’occuper dès son arrivée aux Pays Bas.

Lorsque vous obtenez votre BSN, vous avez le droit de faire plein de choses que vous ne pouviez, normalement, pas faire avant : travailler, ouvrir un compte en banque Dutch (utile pour être payé..), faire des demandes administratives en tout genre (demande d’allocations familiales par exemple), pouvoir bénéficier, même si c’est payant, d’une assurance maladie et d’une mutuelle, payer vos impôts et contributions sociales,… Bref, le BSN c’est LE numéro à avoir pour faire toutes les démarches en rapport avec le gouvernement Dutch et pouvoir vivre tel un véritable citoyen aux Pays-Bas, en toute légalité.

Normalement vous devez vous enregistrer dans les 5 jours suivant votre arrivée aux Pays-Bas. Pour ma part, c’est mon agence Mobgen qui a fait les démarches pour moi, celle de prendre un rdv à la mairie afin que je puisse m’y enregistrer dès mon premier jour de travail. Parce que techniquement, je ne suis pas censée pouvoir travailler sans BSN. Pour Alexis, nous sommes passés à la mairie dès notre premier week end sur place, malheureusement, il n’y avait pas de rdv disponibles avant cinq semaines (= le délai maximum légal qu’ils peuvent se permettre), ce qui nous amenait au 4 novembre. Au pire, ce n’est pas trop grave puisqu’il ne travaille pas encore. Disons qu’en attendant, il n’est qu’un simple touriste passager ;-).

Le serpent qui se mord la queue.

Demander un BSN lorsque l’on est ressortissant européen semble bien plus facile que pour les non-européens qui doivent aussi faire des démarches de visa et de permis de résidence et de travail. Pour nous, « simple français », c’est plutôt simple. Il suffit d’apporter le jour de son rdv sa carte d’identité ou son passeport, son certificat de naissance (ce dernier n’est pas obligé d’être traduit puisqu’il peut être fourni en dutch, anglais, allemand ou français) et son contrat de location prouvant que nous possédant une adresse à Amsterdam. C’est ce dernier point qui me faisait le plus peur. Et si, le jour de mon rdv, je n’avais pas encore trouvé d’appartement ? Comment cela allait-il se passer à la mairie ? Pourrais-je tout de même m’enregistrer ? Tant de questions qui au final n’ont pas trouvées de réponses, puisque si vous avez bien suivi, nous avons trouvé notre chez nous 2 jours auparavant.

Finalement, obtenir son BSN a l’air facile comme ça, d’un point de vue administrative-français ahah. Mais en réalité c’est un peu plus tricky que cela n’en a l’air. Je m’explique. Pour obtenir votre BSN vous devez attester d’une adresse. Hors cette adresse doit être éligible à l’enregistrement. En effet, à Amsterdam et aux Pays Bas, chaque logement possède un nombre de personnes enregistrables maximum. Cela leur permet de bien gérer leur parc immobilier. Cela explique aussi pourquoi les appartements sont globalement grands et pourquoi il nous était impossible de trouver un 30m2 : enregistrement pour deux impossible. Hors l’enregistrement est obligatoire, vous l’aurez compris. Bref, il vous faut une adresse valable. MAIS pour trouver un appartement, il faut prouver son aptitude à payer le loyer, prouver ses revenus, autrement dit avoir un travail. Hors pas de BSN, pas de travail. Pas de travail ou de promesse d’embauche, difficile de trouver un logement. Autrement dit, c’est un peu le serpent qui se mort la queue. Heureusement pour moi, tout s’est fait quasiment le même jour. Et c’est en parti grâce à mon contrat qu’on a aussi pu trouver un logement. (cherchez l’erreur …).

Le RDV et l’obtention du Saint Graal

Je pense que tout le monde a déjà plus ou moins vécu ,voire même « subit » l’administration française. Des heures d’attente, des formulaires qu’on comprend à peine à remplir à n’en plus finir, etc. On comprendrait presque pourquoi certains ne déclarent pas leur impôts en prétextant une « phobie administrative » … Bref. Quand vous arrivez à la mairie d’Amsterdam, vous arrivez un peu dans le futur. Une personne souriante vous accueille et vous indique où aller en fonction de votre demande. La seconde personne qui vous reçoit vous enregistre et vous n’avez plus qu’à attendre votre tour à un bureau. C’est spacieux, coloré et aéré. Des ordinateurs en libre-service. Un système de file d’attente fonctionnel. Bon, malgré les 45 minutes de retard sur l’heure prévue, mon RDV a tout au plus duré 10min! Pas de formulaire incomprehensible à remplir. La dame a inscrit mes coordonnées, vérifié mes papiers, … Ta-Dam, je suis enregistrée et je reçois mon BSN ! D’ailleurs pour la petite anecdote, la personne m’a demandé si j’étais étudiante ou non. Je lui ai alors répondu que non, je travaillais. Elle m’a regardé d’un air « You ARE working ? ». Et là dans ma tête je me suis dit Oups, non je suis pas censée pouvoir travailler. Alors je lui ai répondu que non, je ne travaillais pas encore, que je « travaillais » dans le sens ou je n’étais plus étudiante … Ahah.

Ce n’est que moins d’une heure plus tard que je ressors avec mon BSN en pôche. Grâce à lui je vais pouvoir ouvrir mon petit compte en banque Dutch, et être payée accessoirement. Mais aussi faire pleins d’autres trucs cools comme, … ouvrir un compte pour l’électricité, pour l’eau, pour le gaz, internet, téléphonie mobile, un compte iDeal, obtenir un DigiD (un identifiant unique digitale pour toutes les démarches administratives en lignes) (le futur je vous disais). Bref, toutes ces choses géniales pour vivre normalement 😉 D’ailleurs, je dis « je » mais pour le coup, étant au travail toute la journée, c’est mon très cher amoureux qui s’occupe de toutes ces démarches pas forcément faciles (surtout quand on tombe sur une plateforme téléphonique automatique uniquement en Dutch …) Alors, Merci mon cheri <3

End of the story